Wika et la fureur d’Obéron – Day / Ledroit

Tout simplement splendide

wika_t1Wika est une série de BD, prévue en quatre volumes (deux sont parus au moment où je rédige ces lignes), dessinée par Olivier Ledroit, aux dialogues écrits par Thomas Day, et co-scénarisée par les deux hommes. Elle représente un peu la fusion parfaite des différentes facettes de l’oeuvre du premier (l’univers féerique, le côté gothique de Requiem, l’importance des yeux et du regard de Sha, les personnages parfois très comics, le contexte médiéval-fantastique sorti tout droit des Chroniques de la Lune Noire, le côté très, très sexy, voire érotique, des personnages féminins) et du second (le côté Steampunk, l’écriture particulièrement soignée et évocatrice sans être pédante), mais combinée dans une sorte de brainstorming un peu psychédélique et pourtant très réussi. En effet, à la base, il s’agit d’une relecture gothique et médiévale-fantastique du Songe d’une nuit d’été de William Shakespeare, généreusement agrémentée, de plus, d’éléments Steampunk, de la légende Arthurienne et de mythologie… scandinave !  Continuer à lire … « Wika et la fureur d’Obéron – Day / Ledroit »

Publicités

L’aigle de Sharpe – Bernard Cornwell

Les guerres Napoléoniennes vues côté anglais, comme si vous y étiez

aigle_sharpeBernard Cornwell est un écrivain britannique publiant essentiellement des romans historiques (plus une série de thrillers et un livre d’Histoire sur Waterloo), un domaine dont il est considéré comme un des plus grands spécialistes. Il est surtout connu pour son cycle consacré à Richard Sharpe (plusieurs millions de livres vendus !), soldat de l’Armée de sa Majesté lors des guerres coloniales et Napoléoniennes du début du XIXe siècle. C’est un écrivain très prolifique, ayant, jusqu’à ce qu’il atteigne la soixantaine, publié deux livres par an. Ses autres cycles de romans historiques parlent de la Bretagne arthurienne, de celle du IXe siècle, de la Guerre de cent ans et de celle de Sécession.

Le cycle compte vingt-trois romans et une nouvelle, dont six ont été traduits en français. Il faut noter que le « tome 1 » de l’édition tricolore, à savoir le roman dont je vais vous parler aujourd’hui, est en fait le huitième si on suit la chronologie interne de l’univers, mais le premier a avoir été publié (en 1981). L’auteur a, par la suite, ajouté des livres servant de prélude, ou intercalé de nouveaux romans entre ceux existant déjà, ce qui fait que l’ordre de lecture n’est pas évident à déterminer (vous le trouverez ici).

Nous suivons donc Richard Sharpe, alors engagé contre les troupes Napoléoniennes dans la Guerre de la péninsule, au Portugal et en Espagne. Il s’agit d’un roman d’aventure à cadre militaire, mettant l’emphase sur l’action mais étant très précis sur le plan de la reconstitution, qu’elle soit martiale ou Historique.  Continuer à lire … « L’aigle de Sharpe – Bernard Cornwell »

Le Trône d’opale – Froideval / Angleraud

Ça n’avance pas des masses…

trone_opale_cln18Le Trône d’opale est le dix-huitième tome des Chroniques de la Lune Noire, série de BD de Fantasy commencée en 1989, et que je suis depuis le début. En effet, son scénariste est François Marcela-Froideval, fondateur du légendaire Casus Belli puis proche collaborateur de Gary Gygax en personne sur AD&D première édition, dans les années 80. D’ailleurs, le protagoniste du cycle, Wismerhill, n’est autre que le personnage de FMF dans la campagne AD&D de très grande envergure (carte de la taille de la Russie, plusieurs dizaines d’heures de jeu par semaine pendant de très longues périodes, des dizaines de joueurs) qu’il menait à l’époque. Pour un rôliste comme moi, ces BD ne pouvaient être qu’attractives, d’autant plus en raison de leur très haut niveau de qualité graphique (les cinq premiers tomes ont été entièrement dessinés par l’excellent Olivier Ledroit).

Ce vendredi 28 avril voit la parution du tome 18, deux ans (Putain ! Deux ans…) après son prédécesseur. L’attente (du moins, de mon côté) était donc forte, et force est de constater que je sors de ma lecture un poil déçu.  Continuer à lire … « Le Trône d’opale – Froideval / Angleraud »

Visions of war – Wayne Reynolds

Un artbook indispensable en matière d’illustration de Fantasy

visions_of_warWayne Reynolds est un illustrateur anglais natif de Leeds. Pour l’anecdote, il ressemble également d’une façon extraordinaire à mon meilleur ami. S’il a aussi exercé son art dans le domaine de comics, il est surtout connu pour son travail en matière d’illustration (essentiellement des couvertures) de jeux de rôles de Fantasy, tout spécialement D&D et Pathfinder, ainsi que le célèbre jeu de cartes Magic.

Il est aujourd’hui considéré comme un des plus grands, sinon LE plus grand illustrateur de Fantasy au monde, un domaine où, pourtant, la concurrence ne manque pas ou n’a pas manqué dans le passé, à commencer par son illustre compatriote John Blanche.

Cet artbook est une rétrospective de plus de dix ans de travail. Grand fan de l’oeuvre du bonhomme, c’est avec impatience que j’attendais l’ouvrage, et je n’ai pas été déçu. Plus de 250 pages de pur bonheur Continuer à lire … « Visions of war – Wayne Reynolds »

Voyage sur les flots de galaxies – Hélène Courtois

Une nouvelle vision de la structure et de la dynamique de l’univers, ainsi que de la place de la Voie Lactée en son sein

laniakeaRédigé par une des plus célèbres cosmographes (cartographe cosmique) au monde, ce petit livre relate la découverte de Laniakea, le superamas de galaxies auquel la Voie Lactée appartient, ainsi que les méthodes utilisées pour y parvenir. Mais bien plus que cela, l’ouvrage redéfinit la notion même de superamas, ainsi que la structure et surtout la dynamique à très grande échelle de l’univers.

Deux points sont à signaler : d’abord, c’est une vraie vulgarisation scientifique, absolument tout point un poil technique ou pouvant poser problème au lecteur non-initié est expliqué de façon très claire (ce qui rend d’ailleurs la lecture encore plus rapide pour le lecteur qui, lui, connaît déjà les notions évoquées -le livre ne fait que 166 pages-). Ensuite, l’illustration de l’ouvrage est absolument remarquable : je ne parle pas des photos, mais plutôt des schémas explicatifs, à la fois très clairs et très bien réalisés sur un plan technique. Pour avoir lu d’autres livres de vulgarisation émanant d’auteurs beaucoup plus prestigieux (y compris français) qui étaient déplorables sur ce plan là, je ne peux que saluer la qualité présente ici. Voilà un graphiste qui mériterait de travailler à plein régime, tous éditeurs de vulgarisation scientifique confondus.  Continuer à lire … « Voyage sur les flots de galaxies – Hélène Courtois »

Tales of Honor – volume 1 – On Basilisk Station – Yoon / Jeong / Sejic / Hawkins

Une adaptation intéressante mais non dépourvue de défauts du premier roman du cycle phare de la SF militaire

honor_1On Basilisk Station fait partie de la série Tales of Honor, qui a pour ambition de transposer l’univers d’Honor Harrington sous forme de romans graphiques (en anglais). Pour être plus précis, ce volume est en fait la réunion des cinq premiers numéros de la série de comics, parus entre Mars et Septembre 2014. Alors que le volume 1 suit l’histoire du premier roman du cycle d’HH, Mission Basilic, le volume 2 paru ensuite est, lui, un scénario original.

Ce comic pourra intéresser deux catégories de lecteurs : ceux qui préfèrent découvrir l’univers d’HH sous une forme graphique forcément plus rapide et facile à digérer qu’un roman, et ceux qui connaissent justement déjà ce dernier et sont curieux de voir comment il a été adapté sous forme graphique, étant donné qu’au moment où j’écris ces lignes, il n’existe ni série télévisée, ni film consacré à la Salamandre. De ces deux catégories, la seconde pourra en revanche être un peu désappointée par certains choix en matière de design, ainsi que par le ton donné à l’ensemble.  Continuer à lire … « Tales of Honor – volume 1 – On Basilisk Station – Yoon / Jeong / Sejic / Hawkins »

Les rêves dans la maison de la sorcière – Pion / Lovecraft / Sapin

Une adaptation correcte sur le point qui me préoccupait le plus (l’ambiance), mais pas forcément totalement satisfaisante sur d’autres plans

sorciereLes rêves dans la maison de la sorcière est une adaptation en BD d’une nouvelle signée H.P. Lovecraft, La maison de la sorcière, publiée en 1933. Malgré sa très mauvaise réputation dans les cercles Lovecraftiens, ce texte est peut-être celui qui m’a le plus frappé et impressionné chez le Maître, avec l’Abomination de Dunwich. Pour bien comprendre la puissance de l’impact qu’il a eu sur moi, il faut réaliser que j’ai commencé à lire du Lovecraft à 11-12 ans, mais que je n’ai lu La maison de la sorcière que beaucoup plus tard, au début de ma vie active. A ce stade, j’aurais dû être blasé, mais j’ai été si complètement immergé dans ma lecture que, même aujourd’hui, j’évite de relire cette nouvelle… Pas parce qu’elle est mauvaise, mais au contraire parce qu’elle remplit parfaitement son office, à savoir me donner des (délicieux ?) frissons d’horreur !

Inutile, donc, de dire à quel point j’étais intéressé par son adaptation graphique : alors, déception ou satisfaction ? Un peu des deux, en fait. Continuer à lire … « Les rêves dans la maison de la sorcière – Pion / Lovecraft / Sapin »