L’empire ottoman – Frédéric Hitzel

Incroyablement exhaustif et pratique

ottomansCe livre décrit TOUT ce qu’il y a à savoir sur l’Empire Ottoman (à quelques petits bémols près, nous allons y revenir), de l’aspect macroscopique (histoire, institutions, structure politique et militaire, provinces, etc) au microscopique (vie quotidienne du citoyen lambda, loisirs, habillement, vie familiale, etc), en passant par l’art, l’artisanat, les écrivains, etc. Cet ouvrage (ainsi, apparemment, que l’intégralité de la collection dont il fait partie) présente plusieurs particularités : d’abord, il est conçu pour ne pas forcément être lu d’un bloc, mais pour que vous puissiez y trouver très facilement et rapidement le renseignement que vous cherchez. Il est divisé en grands chapitres (histoire, organisation de l’empire, vie économique, religieuse, privée, …), eux-mêmes divisés en sous-parties (ex : vie privée : nom, habitation, famille, harem, …). Si on ajoute un index très bien fait, des paragraphes relativement concis et une mise en exergue des points importants en gras, ainsi qu’une mise en page très lisible, l’objectif est rempli, il est particulièrement aisé de retrouver le renseignement précis que l’on cherche. Continuer à lire … « L’empire ottoman – Frédéric Hitzel »

Chroniques de la Lune Noire tome 14 – Froideval / Pontet

La fin non pas de la saga, mais de son premier chapitre

cln_14Ce tome 14 est la fin de ce que les auteurs ont appelé la « première saison » de la saga de Wismerhill. Sachant en plus qu’il existe un prologue (le tome 0), une série dérivée présentant plus en détails certains des personnages les plus emblématiques (les Arcanes de la Lune Noire) et qu’une saison 2 est d’ores et déjà commencée, ceux qui s’attendent à trouver TOUTES les réponses dans ce tome 14 ne peuvent être que cruellement déçus. En revanche, La Fin des Temps apporte bel et bien des réponses sur la prophétie attachée à Wismerhill et dont on nous a régulièrement parlé tout le long des 13 tomes précédents, et elle révèle ce qu’il advient de l’Empire et de la plupart des personnages. Donc il y a quand même pas mal de choses à découvrir.

Ajoutons que le dessin de Pontet est plus soigné que sur n’importe lequel des autres tomes des Chroniques de la Lune Noire sur lequel il a pu travailler. Vu qu’il s’agit quand même de la conclusion de la première saison, du premier et plus gros chapitre de l’histoire de cet univers, il fallait bien ça pour terminer en apothéose cette aventure qui s’est étalée sur deux décennies. Et les nombreux dessins double-page ne viennent que souligner l’ampleur druillesquo-wagnerienne de l’apocalypse qui s’abat sur l’Empire et la planète toute entière.

Bref… si vous cherchez toutes les réponses, ce tome 14 ne vous satisfera pas. Il vous faudra pour ça acheter les tomes 0 (prequel de la série) et 15 (premier de la saison 2). Et encore, vous ne les trouverez peut-être pas toutes. Mais est-ce forcément un mal ? Un mystère resté entier a ses charmes. Prenez donc ce tome 14 pour ce qu’il est, à savoir la charnière entre les deux saisons de la série, et la réponse à certaines énigmes ou questions, mais certainement pas à toutes.

La puissance des ténèbres – Oliver Johnson

Une impression mitigée

puissance-tenebresCe tome 5 des Terres de Légende se divise en trois parties : les règles sur une nouvelle classe, l’élémentaliste, celles sur la folie, et enfin une grosse campagne, qui se taille la part du lion dans l’ouvrage (les deux tiers). Je ne dirai rien sur cette dernière, je n’ai pas acheté ce livre pour ses scénarios mais bien pour ses règles sur les élémentalistes. Ceux-ci peuvent manier 5 éléments, les 4 classiques et les ténèbres. Et c’est là que se pose le problème : les élémentalistes des ténèbres sont une sorte de version passée du côté obscur de la force des autres, avec des versions « dévoyées » de leurs sorts. On a un peu l’impression qu’en gros, les auteurs ont allègrement mélangé une classe d’élémentaliste classique des autres jeux de rôle avec une classe de « sorcier maléfique », histoire de créer une nouvelle classe et pas deux. De mon point de vue (mais ça reste un avis purement personnel), ce choix était plutôt malvenu, on a vraiment une impression désagréable de mélange de genres qui n’ont rien à faire ensemble. Ils auraient pu mettre les ténèbres au même rang que d’autres éléments, ou bien les laisser l’apanage d’élémentalistes maléfiques à la rigueur, mais de là à faire des version « maudites » des sorts des autres éléments… Sinon, l’ensemble des règles sur les éléments est bien réalisé, rien à dire, le job est fait.

La partie la plus intéressante du bouquin reste celle sur la folie, qui tient en une poignée de pages mais est vraiment utile et plutôt bien pensée. Mais bon, si comme moi on achète ce livre pour ses règles et pas pour sa campagne, on a un peu l’impression d’avoir une minorité de pages « utiles » et aussi bien pensées que les autres règles des Terres de Légende sur l’ensemble de celles que compte le bouquin. A acquérir en connaissance de cause, donc.

 

Titan – The Fighting Fantasy World – Marc Gascoigne

Une exhaustivité mal dosée

titanCe livre est paradoxalement à la fois particulièrement exhaustif et caractérisé par un manque cruel d’information pour le fan des Défis Fantastiques / Sorcellerie. Son problème tient d’abord au fait qu’il est très (trop ?) court, 128 pages seulement. Certes, la taille de police utilisée est petite, mais pour un livre qui se veut l’encyclopédie absolue traitant d’une planète de trois continents sur tous les sujets ou presque, c’est clairement insuffisant. Ensuite, le problème tient également au fait que certains sujets (histoire, mythologie) sont décrits avec d’amples détails, beaucoup trop d’ailleurs, tandis que d’autres sont expédiés : je pense tout particulièrement à la géographie des trois continents, qui doit tenir sur une douzaine de pages en tout, abondamment illustrées qui plus est. Continuer à lire … « Titan – The Fighting Fantasy World – Marc Gascoigne »