Tales of Honor – volume 1 – On Basilisk Station – Yoon / Jeong / Sejic / Hawkins

Une adaptation intéressante mais non dépourvue de défauts du premier roman du cycle phare de la SF militaire

honor_1On Basilisk Station fait partie de la série Tales of Honor, qui a pour ambition de transposer l’univers d’Honor Harrington sous forme de romans graphiques (en anglais). Pour être plus précis, ce volume est en fait la réunion des cinq premiers numéros de la série de comics, parus entre Mars et Septembre 2014. Alors que le volume 1 suit l’histoire du premier roman du cycle d’HH, Mission Basilic, le volume 2 paru ensuite est, lui, un scénario original.

Ce comic pourra intéresser deux catégories de lecteurs : ceux qui préfèrent découvrir l’univers d’HH sous une forme graphique forcément plus rapide et facile à digérer qu’un roman, et ceux qui connaissent justement déjà ce dernier et sont curieux de voir comment il a été adapté sous forme graphique, étant donné qu’au moment où j’écris ces lignes, il n’existe ni série télévisée, ni film consacré à la Salamandre. De ces deux catégories, la seconde pourra en revanche être un peu désappointée par certains choix en matière de design, ainsi que par le ton donné à l’ensemble. 

Graphisme, design

Je suis assez partagé sur le plan du graphisme : il y a des choses qui me plaisent beaucoup (les couleurs, les visages des personnages qui sont particulièrement réussis, certains panoramas très soignés), d’autres moins (le découpage des planches en cases qui n’est jamais le même : ça alterne entre le pleine page et un nombre très, très variable de cases ; certaines cases qui, de mon point de vue, ont bénéficié d’un peu moins de soin que d’autres).

Côté design, il y a beaucoup de choses à dire, et pas forcément en bien : autant Honor Harrington elle même est, de mon point de vue, très réussie, autant les uniformes et les vaisseaux ne sont guère conformes à ceux décrits dans le roman. Idem, à un degré encore plus élevé, avec les stations spatiales. Et que dire de ces armures de combat très Star Wars ? Mais le GROS souci sur ce plan (qui a fait couler beaucoup d’encre aux USA) est l’apparence de Nimitz : il n’est conforme ni à la description de David Weber, ni à aucune représentation (sur les couvertures des livres) vue jusque là. Les américains trouvent qu’il ressemble plus à un reptile qu’à un félin (certes extraterrestre), mais pour moi, c’est bien pire que ça : par rapport au « vrai » Nimitz, je trouve que celui de ce roman graphique ressemble en fait au « rejeton » du premier qui aurait été infecté par un alien (celui des films de Ridley Scott), un peu comme le chien-alien du troisième film de la saga. Bref, je pense que ce seul point peut être un facteur bloquant pour certains lecteurs, d’où le fait que je le signale. Et parce qu’une image vaut mieux qu’un long discours (version en plus haute résolution ici) :

nimitz

Dernier point : la narration est plus noire que dans le roman, et les couleurs ont été choisies en conséquence. Personnellement, dans la cadre d’une SF 1/ militaire et 2/ spatiale, une ambiance graphique assez sombre ne me dérange pas, mais là aussi, je préfère prévenir.

Scénario

L’histoire suit à-peu-près fidèlement celle de Mission Basilic, à deux détails près : une ambiance nettement plus sombre, et une approche différente. En fait, le roman graphique s’ouvre sur un scène où une Honor attachée est torturée et interrogée par Cordelia Ransom à bord du Tepes. Les aficionados d’HH auront bien entendu reconnu une scène du septième roman du cycle, Aux mains de l’ennemi. C’est au cours de cet interrogatoire qu’Honor se souvient des événements qui ont mis en branle la guerre entre Manticore et Havre, en commençant par sa mission de défense du système de Basilic. Globalement, cette scène de torture en introduction n’est que le prélude à une ambiance nettement plus sombre que celle du roman. Sans compter bien entendu la tentative de viol sur l’île de Saganami, sur laquelle le comic ne fait pas l’impasse.

Certains ont déploré le fait que ce roman graphique ne détaille pas autant les combats ou les décisions tactiques que sa contrepartie purement textuelle, ce qui me paraît assez peu logique : il est pour moi évident qu’un roman qui fait des centaines de pages sera toujours plus exhaustif qu’un comic. Je trouve même que ce dernier est vraiment verbeux, et qu’il y a énormément de choses à lire : autant c’est utile pour le néophyte d’HH, autant pour le vétéran qui a tout lu ou presque, je trouve dommage que les graphismes soient parfois « parasités » par autant de bulles de texte.

Edition

L’édition est très soignée, je trouve : en introduction et en postface, on trouve des tas de renseignements sur les romans, l’univers, les personnages, la technologie, plus un aspect processus de design (d’Honor, du vaisseau, de Nimitz) et même une partie Art Book ! Avantage supplémentaire : même celui qui ne connaît absolument rien à HH peut se lancer là-dedans sans crainte, il comprendra tout et ne sera jamais perdu.

Mon avis

A part le design de Nimitz, qui ne passe pas (mais Linda Sejic, qui s’est chargée du volume 2, est apparemment revenue à un design plus conventionnel), et quelques points mineurs, je suis globalement satisfait de mon achat… ah non mince c’est encore un cadeau  😀 L’adaptation, sans être toujours correcte sur la lettre (et encore, il faut être pinailleur) l’est en tout cas dans l’esprit, et offre un digne écrin graphique (sans être à proprement parler phénoménal) à Honor Harrington. Je suis curieux de voir à la fois les changements de graphisme et le scénario cette fois inédit, non tiré des romans, proposé par le volume 2, que j’achèterais avec plaisir un jour ou l’autre, sans en faire une priorité absolue. J’espère toutefois que Linda Sejic saura proposer des visages aussi expressifs que ceux dessinés par les deux artistes coréens ayant officié sur ce volume 1.

Pour aller plus loin

Si vous lisez ce roman graphique en anglais, c’est donc que vous êtes… anglophone (étonnant, non ?). Vous devriez donc être intéressé par l’information suivante : le roman dont est tiré ce comic, On Basilisk Station, est disponible gratuitement en VO. Si vous ne connaissiez pas du tout l’univers d’HH et que cette BD vous a donné envie de le découvrir, voilà donc une excellente occasion de le faire.

Sachez aussi que mon blog spécifiquement consacré aux romans SF, Fantasy et Fantastique, Le Culte d’Apophis, propose un certain nombre de critiques de romans de David Weber, qu’il s’agisse du cycle principal d’Honor Harrington, des cycles ou ouvrages dérivés, ou des livres de Weber n’ayant rien à voir avec HH.

Advertisements

2 réflexions sur « Tales of Honor – volume 1 – On Basilisk Station – Yoon / Jeong / Sejic / Hawkins »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s