You are the hero – Jonathan Green

Très complet à propos de ce qu’il traite mais consacré uniquement aux Défis Fantastiques

heroSi vous êtes intéressé par ce livre et hésitez à l’acheter, soyez bien conscient qu’il ne s’agit pas d’une histoire complète de la totalité des livres dont vous êtes le héros publiés chez nous sous la bannière Folio Junior (et encore moins d’une histoire des livres-jeux publiés chez d’autres éditeurs, comme La Saga du Prêtre Jean par exemple). En effet, Gallimard a publié en France, sous une seule collection unifiée (Un livre dont vous êtes le Héros) comprenant différentes séries (Loup Solitaire, La Voie du Tigre, etc, et bien entendu Défis fantastiques) des livres qui, en Angleterre, étaient publiés sous les bannières d’éditeurs concurrents. La conséquence est que ce livre, au demeurant passionnant, ne traite QUE des Défis Fantastiques et de Sorcellerie !, c’est-à-dire des titres écrits soit directement, soit sous la supervision de Steve Jackson (l’anglais) et de Ian Livingstone. Seules deux autres séries sont évoquées, très, très, brièvement, à savoir La Voie du Tigre et Loup Solitaire (dans le cas de cette dernière, essentiellement pour expliquer le mauvais coup joué par Joe Dever et Gary Chalk à leurs ex-patrons de Games Workshop).

En conséquence, si vous cherchez une histoire synthétique de tous les livres-jeux, vous ne trouverez pas votre bonheur. Idem si vous cherchez des infos sur des séries comme Dragon d’or, Astre d’or et compagnie. En revanche, si vous souhaitez savoir comment tout ça à commencé et avoir une histoire très détaillée de l’intégralité des Défis Fantastiques, vous allez carrément en avoir pour votre argent. L’auteur a eu un accès total à tous les acteurs de cette aventure littéraire, des auteurs aux éditeurs et illustrateurs, et le niveau de détails et d’anecdotes révélé est parfois hallucinant. Vous souhaitez savoir d’où viennent les noms Yaztromo, Balthus Abhorré, l’origine des noms des villages des collines de Shamutanti ? Pas de problème, tout y est.

Le livre déborde aussi un peu de son cadre initial, puisqu’il nous parle aussi de Ian Livingstone et de Steve Jackson (les deux en fait, l’anglais et l’américain), des origines de Games Workshop, de leur carrière dans l’industrie du jeu vidéo, etc. Chaque livre de la série Défis Fantastiques a son propre paragraphe, bourré d’anecdotes, expliquant la philosophie de sa conception, montrant des photos des plans ou des textes originaux, etc. Les couvertures les plus marquantes des livres sont aussi reprises pleine page, la plupart du temps avec une grande qualité de scan et d’impression, sauf pour quelques-unes qui sont franchement floues et / ou pixelisées. Dans l’ensemble, la présentation de l’ouvrage est cependant de très bonne facture, avec un beau papier. J’aurais préféré une couverture dure, mais bon… Signalons aussi quelques illustrations complètement inédites (faites spécialement pour le livre ou des prototypes rejetés à l’époque).

En résumé, extrêmement complet à propos des Défis Fantastiques et de l’origine du concept, mais complètement muet sur la quasi-totalité des autres séries, car éditées en Angleterre par des éditeurs (et des auteurs…) concurrents. Mais bon si vous êtes comme moi, si vous avez découvert ces livres merveilleux par un beau jour de printemps de 1985 et qu’ils ont, en un sens changé à jamais votre vie, c’est un must-have (à condition de lire l’anglais, hélas).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s