Toto 35th Anniversary Tour – Live in Poland

Un must-have, même pour un possesseur de précédents live de Toto

toto_live_polandToto, groupe de studio réputé (rappelons que certains de ses membres ont participé comme musiciens de studio à l’enregistrement de nombre d’albums majeurs pour le compte d’autres artistes, dont Michael Jackson), ne prend sa véritable dimension que sur scène. D’où la multiplication des albums et DVD / Blu-Ray live, pas moins de 3 ces 11 dernières années. On aurait donc pu craindre, pour les fans comme moi qui possèdent tous les CD ou vidéos associées, une certaine lassitude. Il n’en est rien, et je vais vous expliquer en détails pourquoi.

Un mot rapide d’abord sur la qualité de la vidéo, excellente au niveau de l’image et du son. On déplorera éventuellement (en étant très pinailleur) quelques plans un peu aventureux et un relatif déficit de plans consacrés au public, mais rien de méchant.
Ceci étant posé, expliquons en quoi ce Live est différent des deux précédents : le changement principal tient tout d’abord au personnel. Il est considérablement différent de celui du Falling in Between Live, puisque Leland Sklar (qui remplaçait Mike Porcaro, toujours malade malheureusement et donc encore absent de ce cru 2014) a laissé sa place à Nathan East, que Greg Phillinganes a rendu son fauteuil de claviériste à David Paich, qui signe son grand retour et est épaulé, en deuxième clavier, par Steve Porcaro (Toto sans au moins un Porcaro, ce n’est pas Toto), et, surtout du fait que Bobby Kimball a laissé la place au chanteur ayant officié sur les albums Fahrenheit et The Seventh One, à savoir Joseph Williams (le fils de John). Nous avons donc cette fois deux claviers, mais un seul guitariste, puisque le musicien Tony Spinner ne fait pas partie de l’aventure cette fois, contrairement aux deux Live précédents. Seules constantes, Steve Lukather à la guitare et Simon Philipps à la batterie (qui a quitté le groupe depuis, c’est donc probablement la dernière occasion de le voir en concert).

Les conséquences de ces changements sont nombreuses : David Paich apporte à nouveau son charisme et sa voix inimitables, notamment sur Africa, Nathan East apporte un groove très intéressant sur certains titres (quoi que j’ai une légère préférence pour le travail de Leland Sklar sur certains autres), se débrouille pas mal en voix additionnelle, et est franchement charismatique (bien plus que Mike Porcaro, qui bien que très sympathique, avait tendance à être raide comme un piquet du début à la fin du concert), et le second clavier a tendance à libérer Paich qui peut aller faire le show sur scène. L’absence de Tony Spinner en seconde guitare ne se fait pas réellement sentir, pas d’inquiétude de ce côté là donc. Mais le GROS changement reste le chant : malgré toute la sympathie que j’ai pour l’excellent Bobby Kimball, il faut reconnaître que Joseph Williams lui est largement supérieur dans tous les domaines, et c’est illustré de manière incontestable dans ce live : sa voix est plus puissante, moins criarde, la tenue de la voix est impressionnante du début à la fin du concert (2h10 tout de même), et en tout cas bien meilleure que celle de Kimball, et enfin Williams se révèle nettement plus charismatique ou à son aise, selon votre point de vue, sur une scène que Bobby.

Un mot sur les musiciens : malgré leur âge (et certains commencent à l’accuser au niveau de leur apparence, Simon Phillips par exemple, qui a pris un sacré coup de vieux), leur énergie et leur enthousiasme sont plus grandes et communicatives que jamais. Ils sont heureux d’être ensemble, de jouer, de communier avec le public, et ça se ressent sur l’immense qualité du concert. Donc pas de souci à se faire à ce niveau là.

La deuxième raison qui rend ce live intéressant, même pour les vieux fans de Toto qui ont tout vu et tout entendu, tient à sa playlist et à son interprétation. La playlist, si elle ne fait pas l’impasse sur les incontournables que sont des titres comme Rosanna, Africa, Hold the Line ou Home of the Brave, balaye aussi très large au travers des différents albums et époques de la vaste discographie de Toto. On a d’ailleurs le plaisir de réentendre des chansons qui n’avaient plus eu droit à une version live depuis longtemps, et qui bénéficient donc d’une production au niveau de celle de 2014 et de l’expérience supplémentaire acquise par les musiciens entre-temps (sans parler d’un chanteur différent). On remarquera que l’album The Seventh One auquel à participé Williams est particulièrement mis à l’honneur.

Autre point intéressant, le line-up composite (nouveau musicien comme Nathan East, membres ayant fait partie de Toto sur différents albums ou tournées) sur ce live donne des versions suffisamment différentes des grands classiques pour qu’elles restent intéressantes. Celle d’Africa, rallongée et avec un groove exceptionnel et des vocaux additionnels très bien amenés de Nathan East, justifie quasiment à elle seule l’achat du Blu-Ray.

Bref, et pour résumer, ce Toto 2013 (année d’enregistrement du live) mérite sans conteste possible le prix, fort sympathique car peu élevé pour un blu-ray musical, que vous allez débourser pour l’acquérir. Avec le retour d’anciens membres et un line-up largement différent des deux derniers live, de très bonnes versions des titres proposés (et un pannel de titres très large), une qualité d’image et de son au top, c’est incontestablement un must-have, même pour un fan de longue date de Toto qui possède d’autres concerts. Et pour le néophyte, qui veut découvrir ce groupe mythique, c’est le concert idéal.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s