The Theater Equation – Ayreon

Une merveille sur le plan musical, un poil gâchée par une édition blu-ray perfectible

ayreon_theater_eaqutionCe blu-ray est la première version « live » de l’album The Human Equation (2004) d’Ayreon (cet opéra-metal a été joué 4 fois en septembre 2015, et c’est l’ultime performance qui a été filmée pour ce blu-ray). Pour ceux qui ne connaissent pas, Ayreon est en fait le projet opera-metal mélodique / progressif d’un néerlandais appelé Arjen Anthony Lucassen, multi-instrumentiste, parolier, chanteur et compositeur. Régulièrement (tous les 1-4 ans ces vingt dernières années), il compose tout seul dans son coin un concept-album, joue de tout ce qu’il est capable de jouer, puis invite les chanteuses et chanteurs les plus en vue du métal (prog, mélodique, mais pas que) pour chanter dessus (ainsi que des musiciens de tout premier plan pour faire des parties instrumentales additionnelles -des solos ou sur des instruments dont il ne sait pas jouer-). Ces albums tournent autour de la science, de la science-fiction, et surtout de l’humain : ils sont pétris d’humanisme. Chaque chanteur / chanteuse invité(e) joue le rôle d’un personnage de cet opera-metal, et les différents protagonistes se répondent les uns les autres au sein d’un même titre. Puisqu’il s’agit d’un concept-album, chacun d’entre eux raconte une histoire complète, avec un début, un milieu, et une fin.

Cette représentation « live » (la toute première pour le projet Ayreon) adapte donc l’album de 2004, The Human Equation. L’histoire : un homme a un accident de voiture sans cause apparente, et sa femme et son meilleur ami sont à son chevet alors qu’il est dans le coma. Il a perdu la mémoire, et se retrouve dans un monde imaginaire où ses émotions (rage, peur, amour, etc) tentent de le convaincre de revenir à la conscience ou de se laisser mourir. Au fur et à mesure, il retrouve la mémoire, et le spectateur / auditeur comprend les tenants et les aboutissants de l’accident.

La volonté était de réunir le casting vocal de 2004, et c’est presque réussi : James LaBrie est bien présent, ainsi que la plupart des autres. Seules exceptions : Arjen ne chante plus (ou ne joue plus sur scène depuis quelques années et des soucis de santé récurrents), un certain Mike Mills (pas celui de REM…) remplace Devin Townsend et Mike Baker (de l’excellent groupe Shadow Gallery) et surtout Mikael Akerfeldt (Opeth) est remplacé par… Anneke Van Giersbergen (The Gathering, Agua de Annike), excusez du peu. Tous les artistes vocaux livrent une prestation formidable, mais je retiendrais particulièrement les performances de James LaBrie, Anneke Van Giersbergen, Heather Findlay (Mostly Autumn) dans le rôle de Love et Magnus Ekwall:(The Quill) dans le rôle de Pride, que j’ai trouvé absolument sensationnel.

Les chanteurs et chanteuses sont épaulés par un chœur spécialement constitué pour l’occasion, et qui nous livre quelques harmonies vocales et chants en canon que ne renierait pas la première mouture de Spock’s Beard. En plus des instruments classiques dans un projet métal prog / mélodique (guitariste soliste, guitariste rythmique, basse, batterie, deux claviers), on trouve du violon, du violoncelle, plus un multi-instrumentiste de l’instrument à vent qui joue de trois types de flûtes, du didgeridoo et du basson, excusez du peu !

La scène est impressionnante, puisqu’on y trouve la voiture impliquée dans l’accident. Une vraie voiture, hein… On y voit aussi le bureau de l’accidenté, sa chambre d’hôpital, et divers autres éléments de sa vie. Franchement, niveau scène, décors, costumes et éclairages, on est sur du haut de gamme.

Le spectacle est une pure merveille, il n’y a rien à dire. De toute façon, si vous êtes fan d’Ayreon, vous n’avez pas besoin de ma critique pour savoir que c’est un achat indispensable. Si vous ne connaissez pas, mais que vous aimez le metal mélodique / prog / les operas-rock / les comédies musicales / les groupes à chanteuses, vous pouvez y aller sans crainte. Petit plus très agréable, des sous-titres dans une dizaine de langues vous donnant les paroles chantées à l’écran. La classe. Il y a une grosse heure de bonus, dont la descente de rideau, un making of / casting, le mini-concert qui a eu lieu un peu avant les 4 performances principales et un trailer.

Bref, tout aurait pu être parfait si le concert avait été mieux filmé / capté : niveau son, rien à dire (mais je ne suis ni un spécialiste, ni un esthète à ce niveau, je me contente d’un casque banal), par contre, niveau images, outre que les plans / la réalisation ne sont pas transcendants, l’image est… bizarre : ça tient plus de la résolution / du grain d’un DVD que d’un blu-ray ! De plus, l’image est souvent saturée par la lumière des spots, et parfois floue.

Au final, je pense que si vous aimez Ayreon, il faut absolument acheter une des versions filmées du concert, et pas seulement le CD : c’est probablement la seule occasion que vous aurez de voir un album issu de ce projet joué en intégralité et en live, d’une part, mais la performance des chanteurs / chanteuses est à saluer : en plus de leur boulot vocal, ils / elles ont du fournir un vrai travail d’acteur et s’en sont très bien sortis. Certains ont vraiment une grosse présence scénique (plus côté masculin que féminin, d’ailleurs), et les décors soignés font qu’on se régale autant sur le plan visuel que sur le plan auditif (aux défauts que j’ai soulignés plus haut près).

3 réflexions sur “The Theater Equation – Ayreon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s