L’univers en rebond – Martin Bojowald

Plutôt intéressant mais un peu fouillis et moyennement vulgarisé

rebondPremière précision : il s’agit en fait plus d’un livre sur la théorie de la gravitation quantique à boucles en général, avec une emphase particulière sur la cosmologie qui en est dérivée et tout spécialement sur ses applications sur les singularités que d’un livre qui, tout au long de son contenu, ne parle que du big-bounce (l’hypothèse que l’univers soit cyclique et alterne à l’infini entre big bangs et big crunchs). Personnellement, je trouve qu’il s’agit plutôt d’une bonne chose, car les livres de vulgarisation sur la gravitation quantique à boucles restent suffisamment rares en français pour que chacun soit le bienvenu.
Le problème de ce livre est double : d’une part, il est trop court, car le texte principal fait « seulement » 350 pages. Etant donné qu’il s’agit d’un livre de vulgarisation, les 100 premières pages sont un rappel des théories, de celle de Newton à celle d’Einstein en passant par la mécanique quantique, qui ont mené à la Gravité quantique à boucles. Cela ne laisse donc « que » 250 sur le vif du sujet. Sauf que… l’auteur a tendance à mélanger des considérations historiques et philosophiques qu’il semble beaucoup apprécier avec la science pure et dure. Il y a même un chapitre de plusieurs dizaines de pages sur… la cosmogonie (oui, oui, la cosmogonie, pas la cosmologie). Cela ne laisse finalement que relativement peu de pages sur la gravité / cosmologie quantique à boucles, et encore moins sur le big bounce lui-même. En conséquence, si c’est ce dernier phénomène / cette dernière théorie qui doit motiver votre achat, sachez bien qu’il ne constitue qu’une relative minorité du livre (il ne s’agit pas non plus de 4 pages perdues dans la masse, hein, surtout qu’un phénomène connexe, les singularités dans les trous noirs, occupe lui aussi une certaine place).

Le second souci du livre est que, s’il possède bien une structure (rappel chronologiques des théories antérieures, puis présentation de la gravité quantique à boucles, puis de l’hypothèse du big bounce, etc), l’ensemble fait un peu fouillis quand même. On a l’impression qu’on parle d’un sujet, puis d’un autre, puis d’un troisième, avant de revenir au premier, puis de passer à un quatrième, avant de revenir au second, etc. Cette impression est accentuée par la tendance de l’auteur a utiliser la formule « nous en reparlerons plus tard », ainsi que par l’insertion de considérations historico-philosophiques qui cassent forcément le rythme de la partie purement scientifique du texte.

Un troisième souci existe, mais il ne concernera que les lecteurs dans mon genre, c’est-à-dire les non-physiciens : ce livre se veut une vulgarisation, et objectivement, c’en est une. Le souci, c’est que si la majorité de son texte reste compréhensible, cela nécessite parfois de gros efforts. On sent bien que l’auteur fait de gros et réels efforts, mais assez souvent, ça ne suffit pas, ou du moins pas tout à fait. Au final, on reste loin du niveau de vulgarisation atteint par Greene, Thorne et consorts.

Une petite remarque sur la présentation : il y a de nombreux schémas, et il est important de remarquer qu’ils sont de bonne facture. L’auteur / l’éditeur s’est payé les services d’un graphiste, et c’est une initiative qu’on ne peut que saluer. En effet, les deux livres de vulgarisation que j’ai pu lire avant celui-ci (le dernier Smolin et le dernier Lachièze-Rey) ne présentaient que des schémas faits à main levée, scannés tels quels, ce qui donnait au final une présentation très, très cheap, à la limite de l’irrespect envers l’acheteur vu le prix de ces ouvrages.

Au final, ce livre est-il tout de même intéressant ? La réponse est oui, sur trois points : une présentation de la gravité quantique à boucles (trop rare en français, surtout en comparaison des ouvrages consacrés à la théorie des cordes), la présentation de l’hypothèse du big bounce, et de remarquables passages sur les trous noirs (j’y ai compris des choses sur eux que je n’avais jamais réalisées chez aucun autre vulgarisateur).

En résumé, un livre trop court, avec une trop grande partie de rappels historiques (théories ayant mené à la gravité quantique à boucles), qui hésite trop entre livre de cosmologie et de philo / histoire, une vulgarisation pas vraiment réussie (mais loin d’être ratée, ce n’est pas une catastrophe non plus, loin de là), MAIS un ouvrage qui reste intéressant en tant que présentation accessible au profane de la gravité quantique à boucles et sur les sujets spécifiques du big bounce, de la cosmologie quantique, et des trous noirs dans ce cadre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s